Actualités

« Bien plus qu’une relation commerciale, Herman Miller a noué avec CD&B un véritable partenariat »

Specific account manager France pour Herman Miller, Pascale Richert gère pour cet éditeur de mobilier de renom les relations avec les architectes et les designer build. Une mission qui l’a conduit à nouer un rapport privilégié avec les équipes de CD&B.

 

• Comment définiriez-vous Herman Miller ?

"Herman Miller est un fabricant de mobilier de bureau. Mais c’est une définition trop restrictive. Herman Miller est surtout reconnu comme un acteur du design et de l’innovation dans le domaine de l’aménagement tertiaire. L’entreprise investit 3,5 % de son chiffre d’affaires en Recherche & Développement soit 80 millions de dollars par an. Le postulat de départ de Herman Miller est que le monde bouge : regarder hier pour mieux comprendre demain. Ces recherches permettent ainsi de comprendre et d’anticiper les espaces de travail, mais en y intégrant la projection sur les outils et le management. Ainsi, l’espace devient un actif stratégique et il se doit de répondre avec intelligence aux enjeux de ses clients. C’est pourquoi nos mobiliers se doivent d’être plus que des bureaux comme les bureaux de la ligne Memo qui n’a pas de poutre structurelle et qui permet une plus grande adaptabilité, ce qui correspond aux besoins d’agilité des entreprises. Ou les fauteuils de la ligne Cosm – Cosm est une référence au cosmos qui est universel – et ses trois tailles de dossier qui accompagnent les différentes activités, comme se réunir avec un dossier recouvert vers l’arrière permettant des changements de position et une plus grande collaboration ou le high dossier avec ses accoudoirs en Leaf permettant de mieux se relaxer. Cosm s’adapte à chacun et à tous les moments de la vie au bureau instantanément."

 

• Quelle est votre fonction chez Herman Miller ?

"Ma fonction n’est pas commerciale. J’ai pour vocation de partager les résultats de nos travaux de Recherche & Développement. Dans ces études psychologiques, sociologiques et même scientifiques, la priorité est donnée au bien-être du collaborateur et à sa performance."

 

• Quels sont vos liens avec CD&B ?

"Ils sont maintenant très étroits puisque je rencontre très régulièrement les équipes de CD&B. J’organise chaque année plusieurs rencontres dans leurs locaux. Nous tentons ensemble ainsi de répondre à ce type de questions : comment la psychologie du travail collaboratif influence-t-elle nos espaces, et comment nos espaces influencent-ils notre comportement collaboratif… ou pas ? Ou encore quel type de créatif êtes-vous et quel espace permet de libérer votre créativité ? Quels seront en 2030 les différents scénarios possibles des espaces de travail suites aux problématiques écologiques ? Ou quel espace en fonction des personnalités et préférences ?"

 

• Quel est le format de ces rencontres ?

"Elles durent deux heures et s’articulent autour d’une heure de conférence et une heure d’échange, généralement autour d’un déjeuner. Y participent notamment les architectes, les consultants et les professionnels du mobilier. Il ne s’agit pas pour moi de faire la promotion de nos solutions, même s’il m’arrive de les évoquer, mais d’enrichir la réflexion des participants en partageant nos réflexions autour de problématiques communes. Avec l’objectif de proposer aux entreprises les réponses les plus satisfaisantes possible."

 

En effet, les aménagements d’espaces de travail sont au croisement de nombreuses disciplines que CD&B, en tant que conseil, est à même d’assembler.

Dernières actualités

Vous voulez rester informés ?
Abonnez-vous à notre newsletter